Envoyer ses produits en Chine en cross-border

8, Mar 2021

Cet article présente les différentes options d’import et de livraison B2C à la disposition des entreprises françaises qui vendent en ligne en Chine au travers d’une boutique WeChat, d’un flagship store sur T-Mall / JD ou encore de sites webs marchands internationaux.

Il existe 3 grands modèles d’import possibles pour livrer vos clients Chinois. Le choix du modèle dépend essentiellement des volumes de commandes et de la classification douanière de vos produits.

1) Envoi postal / Courier Express INTERNATIONAL

Il s’agit d’un envoi par Chronopost ou par une entreprise de type DHL ou Fedex, soit depuis l’Europe, soit depuis Hong Kong, Taiwan ou tout autre base logistique en dehors de Chine mainland.

Lorsqu’une commande est effectuée sur votre site marchand, votre boutique WeChat ou votre flagship store, votre centre de livraison reçoit une alerte email contenant le contenu de la commande et l’adresse du destinataire. Il ne vous reste plus qu’à préparer la commande et l’envoyer par Chronopost, DHL, Fedex, directement à l’adresse du client en Chine.

A. Envoi par Chronopost : votre colis sera importé en Chine par le canal d’import postal (Postal Import) : La Poste française se chargera de l’acheminement jusqu’en Chine, puis China Post, de la livraison au destinataire final en Chine.

La plupart des entreprises qui utilisent ce modèle ne payent pas les taxes Chinoises. En effet, les centres de contrôles douaniers du courier chinois n’ayant pas l’infrastructure nécessaire pour scanner les millions de colis qui entrent dans le pays chaque jour, seuls 5% des colis sont vérifiés à leur entrée en Chine. Si les douanes Chinoises contrôlent le colis et que le contenu est taxable, elles contacteront le client pour lui demander de s’acquitter des taxes au bureau de poste le plus proche de chez lui. Une fois payées, il pourra recevoir sa commande. Ce mode d’import n’est pas légal mais les risques étant faibles, beaucoup de petites structures l’utilisent.

Pour rester dans la légalité, il est possible de payer pro-activement les taxes Chinoises au moment de l’envoi du colis par Chronopost en France, mais le processus est plus complexe, et il faut facturer les frais de douane au client, ce qui augmente le coût final pour le client.

B. Envoi par DHL / Fedex (Personal Express Import) : Les colis passent par le canal d’import du « Personal Express Import » similaire au canal de « Postal import » mais avec quelques différences de traitement, notamment un taux de contrôle des colis plus important que le canal postal.

Il existe plusieurs méthodes d’envoi et nous vous invitons à vous rapprocher de ces sociétés pour obtenir leurs conditions mises à jour. Mais de manière générale, DHL, Fedex, etc. vous demandent de vous acquitter des taxes lors de l’envoi du colis. Elles les re-versent ensuite aux douanes Chinoises.

Taxation
Dans les 2 cas de figure, la taxation des produits est effectuée sur la grille de taxation du « Postal Import », différente de la taxation d’import classique, et différente de la taxation d’import en cross-border. Il est donc important de calculer les taxes pour chaque modèle d’import afin d’évaluer dans quelle mesure ils sont intéressant pour la catégorie douanière de vos produits.

Quel que soit le transporteur, ces envois postaux/courrier express sont en « zone grise » de la législation Chinoise.  Cette méthode d’envoi est donc habituellement utilisée par des entreprises ayant de très faibles volumes de commande en Chine et/ou qui souhaitent tester le marché. Cette solution est forcément temporaire et nous déconseillons de l’utiliser dans d’autres cas que ceux mentionnés ci-dessus.

Au delà de l’aspect règlementaire, ce type d’import ne peut convenir qu’à des catégories de produits aux prix relativement élevés pour que les frais de transport ne soient pas rédhibitoires par rapport au prix payé pour le produit. Par ailleurs, les délais de livraison peuvent osciller entre 10 jours et 3 semaines, et recevoir un colis par La Poste chinoise n’est pas idéal en terme d’expérience client. Les consommateurs chinois préfèrent habituellement les compagnies de courier express locales : SF Express notamment, qui offre des délais de livraison imbattables et une bonne qualité de service.

Avantages :
– Une mise en place rapide et sans investissements, idéale pour une phase de test
– Une ré-assurance sur l’origine et la qualité des produits qui proviennent directement du fabricant à l’étranger (donc non contrefaits).
– Pas de paiement de taxes si le colis est envoyé par la Poste

Inconvénients :
– Légalement en zone grise,
– Frais de transport par commande élevés,
– Expérience client moins qualitative, et délais de livraison relativement longs.

2) Le canal « cross-border »

Ce canal d’import est spécifiquement dédié aux produits étrangers achetés en ligne par des consommateurs Chinois. Il bénéficie de taux de taxation avantageux, mais le montant d’achat est limité par commande et par année pour chaque citoyen Chinois.

Physiquement, les colis passent par des zones franches. Il existe plus de 50 zones franches en Chine, qui disposent chacune de centres douaniers Cross-Border pour les marchandises livrées depuis l’étranger. Même si les régulations sont similaires pour toutes ces zones, les facilités logistiques et les coûts peuvent varier d’une zone à l’autre.

Ce type d’importation et les taux de taxation associés sont souvent désignés par le Terme CBEC (pour Cross-Border E-Commerce). Il existe deux méthodes d’envoi en CBEC :

A. Le Bonded Warehouse Import : Les produits sont envoyés par containers/palettes, dans des centres de stockage en zones franches. Les produits sont donc physiquement stockés en Chine mais ils n’ont pas passé les douanes Chinoises et aucun droit de douane n’a été payé tant qu’ils n’ont pas passé la frontière.

À réception des palettes de produits, le prestataire logistique les dégroupe, les dispose sur des racks/étagères dans son centre de stockage en zone franche, et les rentre dans son logiciel de suivi pour gérer les stocks. Les produits sont alors prêts à partir.

Puis à chaque commande reçue, le prestataire logistique prépare les colis, les emballe, colle les étiquettes d’adresses et d’informations douanières, et fait partir le colis qui passe alors les douanes Cross-Border en utilisant un système de déclaration automatisé appelé e-port.

Les douanes Chinoises comptabilisent informatiquement les taxes payables à l’instant précis où une commande passe la douane, et facturent ensuite l’agent importateur, légalement responsable du paiement des taxes.

B. Le Direct Cross-Border Import : Pour simplifier, ce modèle utilise à peu de choses près la même réglementation que le Bonded Warehouse Import à la différence que les produits ne restent pas en stockage mais utilisent le canal Cross-border pour rentrer en Chine, bénéficiant ainsi de taux de taxation faibles.

Ce modèle est intéressant pour les entreprises livrant tous leurs clients en même temps, de manière occasionnelle. Par exemple les sociétés de ventes privées, ou d’achats groupés.

La mise en place des 2 modèles d’import cross-border décrits ci-dessus se fait en plusieurs étapes :

1) La pré-déclaration auprès des douanes Chinoises : à ne pas confondre avec l’obtention de licences d’import ou d’autorisations de mise en marché : Vous pouvez tout à fait envoyer en cross-border des produits n’ayant pas obtenu d’autorisation de mise en marché – souvent longues et chères à obtenir (pour les cosmétiques notamment).

Durant cette procédure de pré-déclaration, les douanes chinoises enregistrent le nom de votre société, celui de votre importateur désigné, et inspectent chacun de vos produits, pour valider le code douanier et le montant de taxation CBEC correspondant.

Pour pouvoir bénéficier du régime CBEC, votre produit doit figurer sur la « positive list » : liste de catégories de produits autorisées régulièrement mise à jour par les autorités Chinoises. La liste est accessible ici. Il s’agit principalement de produits de grande consommation.

2) La connexion au système de déclaration automatisé e-Port, qui vous permet de déclarer automatiquement les produits envoyés avant qu’ils n’arrivent au poste douanier, d’effectuer le pré-paiement des droits de douane pour chaque commande, et de fluidifier le passage en douane.

Si vous vendez vos produits sur une place de marché cross-border (T-Mall Global ou JD Worldwide), les connections aux douanes sont rapides car les plate-formes disposent de plug-ins. Sur WeChat, une simple connexion API doit être réalisée.

3) Le passage en douane individuel des colis lors de chaque commande client.

Pour la mise en place du modèle cross border, vous devrez faire appel à 2 types de prestataires :

un agent importateur / transitaire, qui se charge des formalités d’import, et du paiement des taxes au gouvernement Chinois.

une société de logistique basée en Chine qui stocke vos produits en zone franche et envoie les commandes à vos clients finaux en Chine, habituellement par l’intermédiaire d’une société de courrier express chinoise (SF Express par exemple).

Grâce à son réseau et ses nombreux partenaires en Chine, Snowmen peut vous accompagner dans la réflexion et la mise en place de tels dispositifs.  En plus des développements de connexions avec la plate-forme e-Port, elle vous accompagne sur les canaux digitaux pour communiquer et vendre vos produits en Chine.

Étiquetage produits :
L’un des avantages de l’import en Cross-Border est qu’il est possible d’envoyer vos produits sans aucune modification de leur packaging occidental, et sans étiquetage supplémentaire – traductions, etc., contrairement à l’import classique qui impose un ré-étiquetage des produits en Chinois.

La seule obligation légale est d’indiquer sur son site marchand, son compte WeChat ou son flagship store :

– une adresse de retour des produits en Chine – fournie habituellement par le prestataire logistique, qui se charge des retours clients,

– un moyen de contacter le service client : un compte officiel WeChat suffit. On peut fournir un numéro de téléphone de service client ou une adresse email, mais ces éléments sont optionnels.

Limites d’import

Chaque citoyen Chinois est soumis à des quotas d’importation de produits en Cross-border :
– Une commande ne peut pas dépasser 5 000 CNY (640€)
– Une limite annuelle de 26 000 CNY (3 350 €) par an et par personne

Les contrôles se sont renforcés au cours des dernières années, et les douanes demandent à présent le numéro de la carte d’identité des clients Chinois. Sur WeChat, il faut donc demander l’ID au client lors de son achat en ligne pour pouvoir le transmettre lors du dédouanement de chaque commande. Sur T-Mall, les utilisateurs ont déjà fourni ces informations pour être membres de la plate-forme. C’est donc T-Mall/Alipay qui transmet ces informations aux douanes Chinoises automatiquement.

Politique de retours produits :
En cross-border, la loi de protection du consommateur Chinois est différente de la loi classique. Elle n’autorise le retour d’un produit que si ce dernier est défectueux ou s’il ne correspond pas au produit commandé (mauvaise couleur, modèle différent, etc.). Autrement, un consommateur Chinois a le droit de retourner un produit sous 7 jours quelle que soit la raison, et d’obtenir un remboursement complet de son achat.

Avantages :
–  Taux de taxation réduits. Sur certaines catégories de produit, la différence de taxes suffit à elle seule à justifier ce canal d’import par rapport au canal classique.
–  Une ré-assurance sur l’origine et la qualité des produits qui proviennent directement du fabricant à l’étranger (donc non contrefaits).
– Des délais de livraison courts (2-5 jours) et une bonne expérience client.
– Pour certaines industries – la costmétique notamment- c’est un moyen de vendre en Chine en contournant (légalement) l’obtention d’autorisations de mise en marché parfois longues et coûteuses à obtenir.

Inconvénients :
– Rentable seulement au delà d’un certain volume de commandes, car les frais de setup et les coûts fixes doivent être absorbés par un volume de vente suffisant.
–  Mise en place relativement longue (compter 3 à 6 mois) qui nécessite des procédures administratives et l’appel à des prestataires : une agence digitale (Snowmen ;-), un agent importateur et un partenaire logistique.

3)  L’import classique

C’est l’import réalisé par le canal traditionnel, qui implique de posséder soit une structure juridique Chinoise, soit de passer par un importateur / transitaire, qui va importer les produits en son nom – et donc devenir propriétaire des stocks en Chine.

Une fois rendus en Chine, les produits peuvent être revendus, ou livrés aux clients e-commerce sans autres formalités.

Les structures d’import sont variables, mais de manière générale, ce type d’import nécessite un certain volume de ventes pour absorber les coûts fixes annuels.

About the Author

auteur antoine peigner

ANTOINE PEIGNER

DIGITAL EXPERT IN CHINA, PRESIDENT OF THE SNOWMEN AGENCY

After 10 years in digital in Europe and North America, Antoine led Air France KLM's digital operations for Asia for several years where he notably created a digital expertise center for Asia based in Hong Kong. After traveling through China for 5 years, in 2016 he founded the Snowmen agency, which supports European SMEs and multinationals with their digital projects in China. Its credo: simplify access to this market using digital tools.