Ma PME doit-elle ouvrir une boutique sur T-Mall ?

19, Juin 2017

La place de marché T-Mall génère à elle seule près de la moitié des transactions e-commerce B2C en Chine. Elle est la plate-forme incontournable des e-shoppers chinois et a généré, en novembre 2016, plus de 18 milliards de dollars de ventes en 24 heures à l’occasion du single day (équivalent du black friday américain). Pour beaucoup de marques, T-Mall est le canal de vente principal, générant la jusqu’à 90% des revenus en Chine.

Face à la demande croissante de ses clients chinois pour les produits étrangers, T-Mall a ouvert en 2014 T-Mall Global, dont le slogan est : 100% étranger, 100% authentique, retours 100% en Chine. Cette plate-forme a pour but d’élargir l’offre de produits étrangers pour sa clientèle chinoise, et elle facilite grandement l’accès des PME étrangères au marché Chinois. T-mall Global permet en effet de commercialiser ses produits directement aux consommateurs chinois, sans besoin de filiale ni de structure juridique en Chine, ce qui était auparavant impossible sur T-mall classique ou en réseau de distribution traditionnel. Le time-to-market est ainsi considérablement réduit et les investissements / risques sont désormais à la portée de PME aux moyens financiers plus modestes.

T-Mall Global c’est : « 100% de produits internationaux, 100% authentiques, retours 100% en Chine »

Le traitement des commandes peut être effectué depuis un centre logistique en Europe ou via une plate-forme logistique de drop-shipping à Hong Kong ou en zone franche – Shanghai ou Shenzhen par exemple. Les clients recevront leurs commandes en moins d’une semaine.

Les conditions pour ouvrir un compte sur T-Mall Global sont les suivantes :

  1. Fournir une business licence du pays ou est implanté le siège de la société
  2. Offrir des notices d’utilisation des produits en chinois
  3. Permettre un retour des produits à une adresse en Chine et fournir un support client en chinois, ce que plusieurs prestataires locaux proposent d’externaliser simplement et à moindre coût.

Pour terminer, les transactions sur T-Mall Global sont effectuées via Alipay (équivalent de Paypal). Les fonds sont envoyés directement sur votre compte bancaire en Europe, évitant ainsi la complexité de solutions de paiement chinoises et de montages financiers complexes pour rappatrier les devises CNY en Europe.

Au regard des arguments énoncés ci-dessus, il peut sembler tentant de se lancer au plus vite. Mais malgré ce potentiel commercial gigantesque, il faut prendre le temps de considérer un tel projet, car ouvrir une boutique sur T-Mall représente un investissement significatif, et n’est pas sans conséquences sur la marque.

1) Budget

L’ouverture d’un flagship store vous coûtera entre 60,000 et 150,000 Euros la première année (hors commissions). Par ailleurs, la gestion du compte, et la mise à jour de la boutique nécessitent également des ressources.  Ces investissements sont lourds, et pour les rentabiliser, il faut être en mesure de générer des volumes de vente très importants. Les coûts liés à l’ouverture et l’animation d’un compte T-Mall Global sont détaillés ci-dessous :

Plusieurs grandes marques se sont déjà retirées de T-Mall, faute d’avoir pu générer suffisament de ventes sur la plate-forme. Une cause d’échec fréquente est de sous-estimer le budget de génération de traffic : Il est en effet crucial d’allouer un budget marketing important : le traffic naturel sur T-Mall étant très faible, il faut attirer suffisamment de visiteurs sur sa boutique pour atteindre son objectif de chiffre d’affaires. L’évaluation du budget est fonction des objectifs commerciaux, du nombre de références et de la concurrence sur la catégorie de produit concernée.

2) Expérience de marque

L’expérience d’un client avec une marque sur les canaux digitaux doit être unique, pour permettre la différenciation et donc la préférence et la fidélisation. Or la présence sur une place de marché comme T-Mall demande aux marques de rentrer dans un cadre standardisé, avec le risque de gommer leur identité propre. En comparant les produits sur leurs aspects fonctionnels – taille, couleur, prix – ils effacent la dimension émotionnelle liée au choix d’une marque par rapport à une autre et ont tendance à mettre toutes les marques au même niveau – problématique similaire à Amazon.

Pour aider les marques à se différencier, T-Mall propose aujourd’hui un grand nombre de templates et une grande flexibilité technique, permettant d’ultra-personnaliser une boutique de marque, rendant l’expérience presque similaire à un site de marque hors T-Mall. Mais il n’en reste pas moins que la plate-forme est limitée principalement à des opérations transactionnelle, et le lien avec les autres éléments digitaux de l’écosystème de marque comme les applications mobiles, programmes de fidélité ou services géolocalisés est plus difficile.

En conclusion, la décision d’ouvrir ou non un compte sur T-Mall global doit être mûrement réfléchie, et dépend de ses ambitions sur le marché Chinois, de son budget et de la vulnérabilité de sa marque. Nous conseillons de réaliser un business case propre au lancement sur T-Mall en chiffrant notament les objectifs de revenus et les ressources nécessaires à leur réalisation.

Snowmen peut vous aider à évaluer l’opportunité de T-Mall global pour votre marque et vous accompagner dans la mise en place et la promotion de votre boutique au sein de l’écosystème Alibaba.

Snowmen

Snowmen est une agence spécialiste du digital Chinois qui accompagne ses clients dans leurs projets digitaux en Chine. Si vous souhaitez nous rencontrer pour discuter de problèmatiques sur le digital en Chine, n’hésitez pas à nous contacter.

packs snowmen

A Propos de l’auteur

antoine peigner expert marché digital

ANTOINE PEIGNER

EXPERT DU DIGITAL EN CHINE, PRÉSIDENT DE L’AGENCE SNOWMEN

Après 10 ans dans le numérique en Europe et en Amérique du Nord, Antoine a dirigé les opérations digitales d’Air France KLM pour l’Asie pendant plusieurs années ou il a notamment créé un centre d’expertise digital pour l’Asie basé à Hong Kong. Après avoir sillonné la Chine pendant 5 ans, il fonde en 2016 l’agence Snowmen qui accompagne les PME et multinationales Européennes sur leurs projets digitaux en Chine. Son crédo : simplifier l’accès à ce marché grâce aux outils digitaux.